Le numérique à l’école, un investissement d’avenir

Présent aujourd’hui dans tous les domaines de l’activité humaine, le numérique s’installe comme un facteur déterminant de l’évolution des modes de vie, professionnels comme privés, individuels comme collectifs. L’organisation du travail, la formation, la santé, par exemple, sont transformées par l’utilisation et les développements du numérique. Le répertoire comportemental de chacun d’entre nous s’en trouve ou s’en trouvera modifié, de même que nos façons de penser, de percevoir et de partager le monde dans lequel nous vivons.

L’école ne peut rester spectatrice de ces transformations, d’autant que le numérique modifie non seulement les accès aux savoirs mais parfois les savoirs eux-mêmes. Sa responsabilité première qui est de favoriser la réussite de tous les élèves et de les préparer à être des citoyens éclairés en mesure de maîtriser les opportunités comme les risques de la société numérique s’en trouve donc renforcée.

Il n’est en effet pas possible de laisser le numérique s’installer dans l’éducation sous l’insistance et le contrôle des seuls grands leaders industriels du numérique. Il n’est pas davantage possible de s’en remettre à des évaluations impressionnistes pour accompagner le déploiement de ses usages éducatifs. La construction de repères scientifiquement établis doit donc s’imposer comme une garantie pour enseigner et apprendre avec le numérique à l’école. Mais que l’on ne s’y trompe pas il ne s’agit pas d’intégrer le numérique comme une fin éducative, mais bien de l’asservir comme un moyen pour des fins éducatives.

C’est pourquoi, dans le domaine du numérique à l’Ecole, il faut multiplier les initiatives associant des équipes porteuses de projets dans les établissements scolaires et des équipes de chercheurs qui développeront, en lien direct avec ces projets, des recherches de grande qualité. Pour favoriser la transformation de notre système éducatif à l’heure du numérique, il est vain de penser l’innovation comme une réponse à une instruction venant d’en haut. Mais il faut aussi se garder de soutenir des initiatives de terrain – aussi intéressantes soient-elles sans avoir prévu leur prise en compte par le "système" pour en tirer les conséquences et permettre une diffusion qui écarte le risque d’îlots d’innovation sans lendemain et sans effet de transformation des pratiques pédagogiques à une échelle significative.

C’est une des raisons pour lesquelles, au sein des actions du Plan numérique pour l’Education, nous avons promu dans le cadre des investissement d’avenir, à travers notamment d’un appel à projet compétitif, des dispositifs d’enseignement et d’apprentissage adossés aux meilleures équipes de recherche et mobilisant les technologies numériques les plus actuelles ou en émergence pour en éprouver l’efficacité.

C’est ainsi que deux actions "e-FRAN" et "Pro-FAN" ont été lancées, avec la Caisse des Dépôts, selon un modèle qui associe initiatives de terrain, chercheurs et entreprises du numérique et engage les équipes académiques pour concourir à assurer la conduite des projets au bénéfice de l’Ecole. Cela, avec l’objectif d’impliquer les acteurs de l’éducation eux-mêmes dès le départ et de produire des données scientifiques destinées à leur fournir de solides repères pour agir.

L’introduction du numérique à l’École exige une contribution de la recherche au meilleur niveau pour des initiatives les plus avancées en matière d’enseignement et d’apprentissage. Elle exige aussi que cette recherche et ses produits se déploient largement en direction des professeurs, seuls en mesure de conjurer le risque de confusion entre croyances et savoirs dans une société marquée par la surabondance de l’information.

Dans la continuité du plan numérique pour l’éducation, avec ces deux actions, tous les secteurs du système éducatif bénéficieront des financements d’expérimentation du deuxième programme d’investissements d’avenir: écoles, collèges, lycées et lycées professionnels. Toutes les leçons en seront tirées afin de donner la plus grande efficacité aux moyens très importants prévus pour l’innovation à l’Ecole dans le cadre du troisième Programme d’investissements d’avenir qui vient d’être adopté par le Parlement.

C’est une démarche ambitieuse et exigeante pour l’enseignement scolaire, c’est aussi une ambition pour notre pays: devenir un leader scientifique dans le domaine du numérique éducatif.

Mme Najat Vallaud-Belkacem, Ministre de l’Education nationale, de l’enseignement supérieur et de la recherche,

M. Louis Schweitzer, Commissaire général à l’investissement,

M. Pierre-René Lemas, directeur général de la Caisse des Dépôts,

M. Jean-Marc Monteil, chargé d’une mission interministérielle sur le numérique éducatif.

Lire aussi :

Les gènes de l’éducation seraient en déclin à cause de la sélection naturelle

Ce professeur ne serre pas la main de ses élèves. Il fait mieux que ça

Personne n’est venu au cours de ce professeur, qui raconte avec humour son malheur

Pour suivre les dernières actualités en direct sur Le HuffPost, cliquez ici

Tous les matins, recevez gratuitement la newsletter du HuffPost

Retrouvez-nous sur notre page Facebook

À voir également sur Le HuffPost:

http://www.ultimedia.com/deliver/generic/iframe/mdtk/01590560/src/88qskv/zone/1/showtitle/1/

Le numérique à l’école, un investissement d’avenir : Lire l’article complet sur Le Huffington Post