Attentat de Londres: Uber scandalise ses utilisateurs en augmentant ses prix pendant les attaques

ATTENTAT- Voilà qui va faire de la très mauvaise pub à Uber. La compagnie de VTC a scandalisé ses utilisateurs lors de l‘attentat de Londres qui a fait sept morts et 48 blessés, samedi 3 juin au soir.

En voulant s’éloigner du London Bridge et de ses alentours, zone touchée par les attaques, les utilisateurs qui ont voulu prendre un Uber ont pu voir le prix des courses grimper en flèche, au lieu d’être gratuits comme ont pu l’être ceux des black cab, célèbres taxis londoniens.

"Absolument méprisable que Uber surtaxe ses prix à Londres ce soir".

"Faites nous une faveur, Uber, laissez tomber la hausse des prix à Londres"

"Hey, Uber, vous allez vraiment multiplier vos prix par deux lors d’une attaque terroriste à Londres? Plus bas que terre".

"J’essaie de quitter le centre de Londres, loin de la peine et Uber fait monter les prix… Dégoûtant".

"Alors que les chauffeurs de black cab offrent les courses à Londres pour mettre en sécurité les gens, Uber mets des suppléments. Choquant".

Cette montée des prix chez la compagnie de VTC a déclenché une vague de boycott, selon le Dailymail. Ce dernier rapporte également que la compagnie s’est exprimée pour se défendre: "Nous avons suspendu la montée des prix dès que nous avons entendu parler de l’incident, comme nous l’avons fait précédemment avec Westminster et Manchester."

Lire aussi :

Ce que l’on sait des attaques du London Bridge et Borough Market

Deux attaques terroristes à Londres font plusieurs victimes

Les premières images des attentats à Londres vues des réseaux sociaux

Pour suivre les dernières actualités en direct sur Le HuffPost, cliquez ici

Tous les matins, recevez gratuitement la newsletter du HuffPost

Retrouvez-nous sur notre page Facebook

À voir également sur Le HuffPost:

http://www.ultimedia.com/deliver/generic/iframe/mdtk/01590560/zone/1/showtitle/1/src/8zlqrp

Attentat de Londres: Uber scandalise ses utilisateurs en augmentant ses prix pendant les attaques : Lire l’article complet sur Le Huffington Post